Consultez les projets labellisés et financés

De part son historique, le Pôle comptabilise 241 projets labellisés représentant un budget total de 579M€ dont 230 M€ d’aides publiques.

Un des objectifs majeurs du Pôle est d’accompagner de manière performante les projets de R&D qu’il labellise mais aussi de les valoriser à chaque étape de leur vie. La labellisation d’un projet par le pôle lui confère un gage d’excellence fondé sur un réseau de professionnels qui constitue le comité de labellisation.

Nous vous présentons ici quelques projets emblématiques qui ont marqué la vie du Pôle.

LES PROJETS LABELLISES EN COURS

DIDRO

Ce projet, en rupture complète avec les moyens actuels de surveillance des digues, vise à développer une solution de prestation de services avec un drone instrumenté spécifiquement pour la surveillance et l’auscultation des digues aménagées le long des fleuves, rivières et canaux. Cette solution de par la très large couverture spatiale qu’elle autorise est particulièrement adaptée à la problématique de ces ouvrages à grands linéaires. Le projet à pour but d’amener à maturité diverses technologies (photogrammétrie/télédétection/SIG), de les adapter au vecteur drone et de les assembler pour constituer des charges utiles uniques, les logiciels de traitement adaptés et des interfaces de gestion de ces données.
Par extension le projet pourra s’appliquer aux problématiques littorales et assimilées, aux thalwegs secs (crues soudaines), ainsi que d’autres thématiques relatives à la sécurité sanitaire de l’eau.

FUI 19 – 2014 Porteur : Redbird

didro equipe

DAMAV

La flavescence dorée est une maladie de la vigne, décelable sur ses feuilles, contagieuse et incurable. Afin de contenir l’épidémie, la réglementation impose aux viticulteurs de contrôler chacun des pieds de vignes afin de détecter la maladie et d’arracher les ceps suspects. Or cette surveillance se fait à pied pendant les vendanges et mobilise de nombreuses personnes pendant une période stratégique pour la viticulture.  Pour répondre à cette problématique, le projet DAMAV a pour but de développer une solution de détection automatisé des maladies de la vigne par survol des parcelles par micro-drone. L’objectif est de proposer une solution clé en main pour les viticulteurs. Cet outil permettra la recherche de foyers potentiels, puis plus généralement de tout type de maladie de la vigne détectable sur le feuillage. Pour permettre ce diagnostic, les partenaires proposent d’étudier le feuillage à l’aide d’un drone et d’une caméra multispectrale haute résolution. 2 axes de travail sont nécessaires : (i) Un travail sur les algorithmes de navigation à basse altitude qui devra se déplacer en intégrant son environnement immédiat grâce à la vision ; (ii) Un travail sur la caméra multispectrale pour identifier les symptômes recherchés ainsi qu’un logiciel d’analyse s’appuyant sur des réseaux neuronaux. La chaine de traitement d’image sera capable d’analyser une grande quantité d’informations et d’apprendre au fur et mesure afin d’apporter une réponse opérationnelle aux viticulteurs pour protéger leurs vignes et réduire l’utilisation de pesticides. Le repérage des foyers de maladie sera fourni dans un système d’information géographique pour apporter une lecture immédiate des zones infectées permettant un traitement localisé et direct des ceps infectés
Labellisé par les pôles Pegase, Risques, Vitagora et Aerospace Valley, le projet DAMAV, emmené par Novadem, réunit des partenaires industriels (Airbus D&S,GST) et scientifiques (AgroSup Dijon) pour un budget de 1,7k€ sur 36 mois.

FUI 18, 2014 Porteur : Novadem

damav

EXTREMOWL

Vision nocturne pour pilote d’hélicoptère (lutte aérienne contre le feu)
Le projet ExtremOWL a pour ambition de développer un système de vision nocturne innovant en termes de capteurs d’image non intensifiée et d’affichage tête haute. Il s’agit d’un casque de réalité augmentée à l’état de l’art avec caméras ultra-sensibles de vision de nuit associées à une projection optique sur visière.
Pour la première fois, des opérations aériennes de largage d’eau seront faites de nuit sur des feux de forêts, et avec les mêmes paramètres de vol que ceux de jour. Le pilote d’hélicoptère aura un confort de vue jamais atteint pour des JVN (jumelles de vision nocturne intensifiées) grâce à un champ de vision très large, haute dynamique et haute résolution d’image en couleur.
Le consortium se compose de 6 partenaires (3 PME, 2 laboratoires et 1 centre de pompiers).
A court terme, ce projet devrait permettre de fournir aux fabricants d’hélicoptères bombardiers d’eau un argument commercial fortement différentiateur, en offrant un dispositif de vision de nuit sans intensificateur de lumière.
A moyen terme, il devrait permettre de répondre à des « missions de secours » (évacuations médicales d’urgence, missions humanitaires…) ainsi qu’à des besoins de la sécurité (civile, surveillance des frontières, lutte anti-terrorisme…), travaux aériens (éolien off shore…), et transport de marchandises.
Des applications civiles (hors hélicoptères) sont également visées dès maintenant : casques (de motos neige, quads…), utilisation en station pétrolière et gazière offshore ou en milieu maritime, secours maritime ,déplacement en milieu hostile (incendies en usines classées sensibles, nucléaire…) et pilotage de drones depuis la station sol.
A plus long terme, ce projet pourrait être proposé au marché militaire, tant dans le domaine aérien que dans le domaine terrestre ou marin.

FUI 18, 2014 Porteur : NexVision

Extrem_OWL_FUI_HMSD

LES PROJETS TERMINES

SISPEO

Les attentats biologiques/chimiques à travers le monde nécessitent une identification précise des risques dans chaque situation identifiée comme une menace. Les robots sont jugés indispensables par tous les acteurs de la sécurité. Le projet SISPEO, suite à SRIP (ARN en partenariat avec DGA / DGPN) a pour objectif de rendre opérationnelle une plateforme d’intervention robotisée pour les primo-interventions en milieux hostiles.
Les verrous du projet sont : V1 tenue thermique ; V2 amélioration des performances du capteur d’ambiance explosive, associé à sa miniaturisation ; (V3)  amélioration des capteurs  spectromètre gamma CZT et nez électronique ; (V4) coopération Homme/Machine intégrant les facteurs humains ; (V5) interopérabilité optimale, associée à un système de transmission robuste. Pour répondre aux attentes des utilisateurs finaux, le projet vise aussi la conception d’un effecteur pour neutraliser les bouteilles de gaz et de capteurs et outils pour utilisation par un manipulateur léger (mini-bras).
Le programme de travail est en 7 workpackages : WP1 gestion du projet ; WP2 spécifications ; WP3 capteurs ; WP4 effecteurs ; WP5 protection thermique ; WP6 facteur humain et interopérabilité et WP7 intégration et tests.
Le consortium regroupe 8 partenaires : ECA (porteur, ETI, robot), Actia Sodielec (GG, transmission), Opéra Ergonomie (PME, interopérabilité et facteur humain), Systems Development & Solutions (PME, capteurs), Paul Boyé technologie (ETI, tenue thermique) ; CEA LIST (EPIC, capteurs) ; SDIS13 (Service départemental d’incendie et de secours des Bouches du Rhône, utilisateur final) ; Pôle Pégase (association, spécifications). La qualité du consortium permettra de lever les verrous du projet, mais aussi de pénétrer les marchés civils et militaires visés. La participation active d’un utilisateur final (SDIS13) garantira un robot répondant aux besoins, opérationnel et de prix acceptable.

FUI 11, 2010 – Porteur : ECA

Helisafe

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :

https://www.helisafe.aero/