4 projets financés suite à l’Appel à Projets du FUI 22 !

Août 31, 2016Les actus du Pôle

Les résultats du 22ème appel à projets du FUI ont été rendus, 56 nouveaux projets sont financés au niveau national.
Les projets sélectionnés bénéficieront d’une aide de l’Etat de 38,4M€.

Parmi les 6 projets soutenus par le Pôle, 4 d’entre eux ont été retenus :

> Airclean – AIR Cabin quality improvEment for more electrical Aircraft applicatioN.

> ATIHS – Amélioration de la Tenue des structures satellites aux Impacts Hyper-vitesse de débris Spatiaux

> CODI-NR – Capacité Opérationnelle de Détection et d’Identification de matières Radiologiques et Nucléaires

> EREDOS – Évaluation, Réparation ciblée, Entretien Des Ouvrages Souterrains en zone dangereuse

Ce qui porte le nombre de projets labellisés et financés par le pôle à 253 projets pour un montant global de 616 M€ dont 248 M€ d’aides obtenues.

L’équipe innovation de SAFE Cluster est là pour soutenir et booster vos innovations. Vous avez une idée de projet ? N’hésitez à pas à faire appel à SAFE pour vous accompagner dans le déroulement de ce projet de l’émergence jusqu’à sa valorisation.

Contacts innovation : laura.carel@safecluster.com

Mieux comprendre les projets accompagnés …


AIRCLEAN

AIRCLEAN est un projet français dédié au traitement de l’air cabine pour le confort et la santé du  personnel naviguant et des passagers. L’amélioration de la qualité de l’air devient un argument  commercial majeur, qui devrait influencer fortement les choix technologiques des futurs avions.
Une norme fixant les teneurs limites des contaminants / polluants en cabine est ainsi en cours  d’élaboration dans le cadre du groupe de travail GT 013 du BNAE/CEN-TC 436.
L’idée conductrice de ce projet est de faire monter en maturité l’ensemble des briques technologiques, en adressant toutes les sources de polluants :
* L’ozone et les COV (Composés Organiques Volatils) provenant de l’extérieur seront éliminés à basse température par voie catalytique via des équipements fonctionnalisés.
* Les COV et bio-contaminants générés dans la cabine avion seront traités par voie catalytique et/ou photocatalytique.
* Le contrôle du taux de CO2 présent dans la cabine sera assuré par une solution de séparation et de captation.
* Des solutions pour mesurer la concentration de gaz polluants (COV, CO2 et O3) seront étudiées.
Un focus sera également consacré aux études de maturité des solutions développées. L’objectif est d’atteindre, à l’issu du projet un niveau de maturité technologique TRL 5/6.
Les équipements développés seront intégrés dans les systèmes d’air LIEBHERR, afin d’adresser dans le futur l’ensemble des segments d’avion : aviation commerciale, régionale et d’affaire.
A l’issu d’AIRCLEAN, l’exploitation des résultats dans l’aéronautique sera assurée par les  partenaires industriels du consortium via la commercialisation des systèmes d’air LIEBHERR. Des  retombées économiques sont également attendues dans les secteurs du bâtiment, ainsi que dans les  transports.
Le projet fédèrera 11 partenaires français : LIEBHERR (coordinateur du projet), ARMINES (SAGE), ECOLOGICSENSE, CIRIMAT, IC2MP, IFTS,  LGPC, MECAPROTEC, POLYMEM, SAINT-GOBAIN CREE et UVGERMI.
Partenaire Porteur du projet : LIEBHERR
Pôle Chef de file : Aerospace Valley

Partenaire Porteur du projet : LIEBHERR
Pôle Chef de file : Aerospace Valley

ATIHS

Le point de départ du projet est un appel à idées lancé par l’Aerospace Valley, portant sur les  thèmes que la Commission Marchés Espace et le CNES ont jugés prioritaires en termes d’opportunités  et de marchés porteurs (français, européen et international). Le risque lié aux débris spatiaux s’il reste encore faible, est en constante progression. Les lancements envisagés à court terme de constellations (plusieurs centaines à plusieurs milliers) de satellites en orbites basses, vont augmenter significativement la probabilité de collision et donc la densité de débris.
L’objectif du projet ATIHS est d’augmenter la résistance des satellites tout en limitant l’émission  de débris post-impact. L’introduction de nouveaux matériaux au sein des structures actuelles sera réalisée grâce aux résultats expérimentaux et aux modélisations dans la nouvelle gamme de vitesses se rapprochant des conditions de vitesse orbitale. Le développement d’un banc hypervitesse permettant d’envoyer des projectiles de 5 à 10 mm de diamètre à plus de 8 km/s et les modèles de comportement associés seront utilisés afin d’optimiser le choix et le positionnement des matériaux au sein des panneaux de satellite.
Une des originalités du projet ATIHS réside dans son organisation entre les différents acteurs : d’une part les solutions et les innovations sont portées par les PME/ETI du consortium (DynaS+, NAWAtechnologie, NEXEYA et Thiot ingénierie) accompagnées par les laboratoires de recherche (ARMINES-ICA, CEA CESTA et CEA SACLAY); d’autre part le grand groupe du consortium (AIRBUS Defence & Space) met à disposition son expertise pour appuyer et orienter les trois principales technologies développées : nouveau banc d’essai, matériaux innovants et modélisation prédictive.
L’implication des PME et ETI en termes d’importance des travaux et de retombées économiques est démontrée par une contribution de plus de 60% du budget total de 3,5M€pour une demande de subvention de 1,4M€.

Partenaire Porteur du projet : DYNAS+
Pôle Chef de file : Aerospace Valley

 

CODI-NR

Les récents événements tragiques de Paris et Bruxelles montrent que la menace terroriste est plus que jamais présente. Les gouvernements prennent conscience que cette menace peut prendre la forme de bombes sales (radiologiques) ou nucléaires. L’objectif est de développer une solution pour la détection et l’identification des matières nucléaires ou radiologiques dans des zones de rassemblement. Il s’agira d’équiper les agents de la sécurité/sûreté d’un système portatif et simple d’utilisation permettant de : Détecter et identifier les matières nucléaires; Envoyer les informations au poste de commandement en temps réel; Avertir du danger l’agent de sécurité de façon discrète.
Le projet est labellisé par les pôles SAFE, I-TRANS, SYSTEMATIC et AEROSPACE VALLEY. Le consortium du projet est composé de 3 PMEs, 1 Grand Groupe (GG) et 1 EPIC aux compétences complémentaires.
Il a retenu toute l’attention et reçu des lettres de soutien du  Comité de la Filière industrielle de sécurité (CoFIS) avec la délivrance du premier label « projet innovant », du Ministère de l’intérieur et du SGSN (email joint).
* IMS, PME coordinatrice du projet, possède une expertise importante dans le domaine des solutions de détection miniature et participera ainsi au développement du capteur ;
* Le CEA-List apportera sa contribution au développement d’un système de mesure innovant, étant un acteur clé de la recherche sur les solutions nucléaires et radiologiques ;
* Novitact, PME innovante, produira un bracelet connecté capable de générer une alerte discrète par vibration en report de l’alarme du capteur ;
* SNEF, GG spécialisé dans les métiers du Génie Electrique, proche des end-users, assurera la spécification des besoins mais aussi le développement d’une borne relais envoyant les informations en temps réel à un poste de commandement.
TPL Systèmes, PME experte en systèmes de radiocommunications, développera un pager pour assurer la communication entre les différentes technologies connectées

Partenaire Porteur du projet : IMS
Pôle Chef de file : SAFE Cluster

 

EREDOS

Les territoires comportent de nombreux anciens ouvrages souterrains (ruisseaux couverts, etc.), qui lorsqu’ils sont situés en zones urbanisées, représentent des dangers pour les personnes et les infrastructures. Ceci est d’autant plus préoccupant que leurs localisations, et leurs états s’avèrent méconnus. Le problème se pose avec encore plus d’acuité lorsque les phénomènes hydrologiques aggravent les désordres. Le suivi actuel de ces ouvrages repose sur une visite d’expert dans la limite des zones sécurisées et accessibles. Au vu des enjeux socioéconomiques et environnementaux, il est  nécessaire d’avoir un état des lieux complet avec des interventions plus adaptées et efficientes de gestion, entretien et réduction des désordres de ces ouvrages souterrains. Cela nécessite une caractérisation fine de ces ouvrages, l’emploi de modèles de hiérarchisation des risques et une approche novatrice en matière de réparation économiquement adaptée. L’École des Mines d’Ales, Antea Group, BRLi, Richer Géomètre et Nouvetra se sont associées pour couvrir l’ensemble des étapes, du relevé de données terrains jusqu’à la définition d’un outil de gestion des risques et la mise en œuvre des interventions. Des outils spécifiques seront développés:
* système d’acquisition souterrain de l’état des ouvrages pour une analyse des perturbations,
* modélisation des comportements mécaniques et hydrauliques des ouvrages,
* méthode de hiérarchisation des perturbations en prenant en compte les aléas et les enjeux,
* Outils de gestion, et méthodes nouvelles de réparation
Ces outils seront valorisés via des offres intégrées de suivi, maintenance et de réparation des anciens ouvrages souterrains et des mines en exploitation en France et à l’étranger. Prévu sur 36 mois, le projet EREDOS admet un budget total d’intervention de  2.602 M€, avec une demande d’aide de 883 678 €.

Partenaire Porteur du projet : ANTEA GROUP
Pôle Chef de file : EAU